06/11/2009

1 Histwêre: "The Belgian settlement" (Hjalmar Holand)

Lempereur Françoise, Les Wallons d’Amérique du Nord, Gembloux, 1976

 

 

(p.46) Les Wallons du Wisconsin : ardents et fidèles

 

‘Des Wallons du Namurois et du Brabant wallon émigrèrent après 1853 au Wisconsin. Pour y fonder des villages nouveaux : Walhain, Brussels, Namur, Grand-Leez, Rosière, Champion, A l' Misére en souvenir du Vieux Pays, et Luxemburg.

 

C'est en tête du chapitre XVI « The Belgian Settlement » de son livre « Old Peninsula Days » que Hjalmar Holand place en exergue ce quatrain.

 

« Where resounds the Belgian (1) tongue,

« Where Belgian (1) hymns and songs are sung ;

« This is the land, the land of lands,

« Where vows bind less than clasped hands ».

 

Et si nos l' riboutans è walon :

 

« Là èwou-ce  qu'on faît pèter l' walon, 

« Èwou-ce qu' on tchante sès vîyès tchansons ;

« C èst l' payis, l' payis dès payis

« Èwou-ce  qui l' linwe lôye mwins' qui deûs mwins djondûwes ».

 

(1)        Lisez «wallon » en lieu et place de « Belgian ». (sic)

NDLR : On voit ici l’intention de l’auteur du livre, Françoise Lempereur, d’effacer toute trace de patriotisme belge.

Le wallon est bien pour les Wallons du Wisconsin la langue belge, celle de leur patrie d’origine, la Belgique et non une « Wallonie » artificielle et inexistante pour ces Belges wallons partis au 19e siècle.

Vêrsion coridjîye / Version corrigée

 

« Là èwou-ce qu’ on faît résoner l’ langue bèlje,  (portant, ‘tongue’ = linwe)

« Èwou-ce qui lès-imes èt lès tchants bèljes sont tchantés ;

« C èst l' payis, l' payis dès payis,

«  Èwou-ce qui lès sèrimints lôyenut mwins’ qui deûs mwins djondûwes. »

10:57 Écrit par justitia & veritas dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.